A Seattle, Amazon Go ouvre au grand public

(Auteur : Juliette Raynal)
Le magasin connecté et sans caisse d’Amazon est désormais accessible à tous. On retrouve dans ses rayons quelques produits de la chaîne Whole Foods, rachetée l’été dernier. Amazon reste très discret sur le déploiement possible de cette technologie dans d’autres espaces de ventes physiques.

Amazon est venu à bout des difficultés techniques que rencontrait son concept Amazon Go. Après une grosse année d’expérimentations et de corrections, la firme de Jeff Bezos ouvre ce lundi 22 janvier 2018 à Seattle sa boutique sans caisse au grand public. Présentée pour la première fois en décembre 2016, cette boutique connectée était jusqu’à présent réservée aux employés d’Amazon. Les équipes travaillaient à améliorer la technologie qui présentait des failles lorsqu’un trop grand nombre de personnes se trouvaient dans le magasin.

DES RANGÉES DE CAMÉRAS
Désormais ouvert à tous, le magasin s’étend sur une petite surface de 167 mètres carrés environ. On y retrouve les produits classiques que propose une épicerie ainsi que des produits de Whole Foods, la chaîne de supermarchés haut de gamme qu’Amazon a rachetée l’été dernier, précise le New York Times.

Dans le magasin, pas de file d’attente, ni même de caisse automatique. Les clients doivent simplement s’identifier en passant leur téléphone sur une borne à l’entrée, remplissent ensuite leur sac de courses et quittent le magasin. Leur compte Amazon est alors automatiquement débité. Le tout grâce à une batterie de caméras qui quadrillent discrètement le magasin (elles sont peintes en noir) et qui, couplées à des algorithmes de vision par ordinateur et de machine learning, permettent de savoir quel item a été sélectionné par le client.

UN DÉPLOIEMENT DANS LES MAGASINS WHOLE FOODS ?
Pour l’heure, Amazon ne communique pas sur l’ouverture possible d’autres boutiques Amazon Go ou s’il compte déployer cette technologie dans des supermarchés Whole Foods. Certaines rumeurs laissent penser qu’Amazon pourrait également vendre cette technologie à d’autres acteurs de la grande distribution, comme il vend ses services de cloud computing. Le déploiement possible de cette technologie inquiète quant à son impact sur les emplois. En 2016, les Etats-Unis comptaient 3,5 millions de caissiers, rappelle le New York Times. De son côté, Amazon se veut rassurant et précise que ce type de technologie allait simplement changer leur travail comme l’automatisation dans les entrepôts a fait évoluer le métier des opérateurs.

LA RISPOSTE DES CONCURRENTS
Depuis la présentation de cette nouvelle expérience utilisateur, les réponses des concurrents n’ont cessé de fleurir. C’est la cas de Monoprix en France avec son application Monop’Easy ou encore de Walmart avec son concept Kepler.

Source : usine-digitale.fr