Bentley carbure aux services connectés… et ravitaille ses clients en essence

(Auteur : Sylvain Arnulf)
Les constructeurs automobiles rivalisent d’ingéniosité pour réinventer l’expérience client. En particulier dans le très haut de gamme. Bentley s’associe à la start-up Filld pour ravitailler en essence ses clients, où qu’ils se trouvent. Une initiative qui s’inscrit dans son programme de services connectés.

Bonne nouvelle pour les riches possesseurs de Bentley – ou plutôt pour leurs chauffeurs. La marque anglaise, propriété du groupe Volkswagen, annonce une collaboration avec la start-up américaine Filld. Elle va tester un service de ravitaillement en essence à la demande, en collaboration avec la jeune pousse. L’expérimentation sera menée en Californie, dans un premier temps. Grâce à une application mobile, les possesseurs de Bentley n’auront qu’à convenir de l’heure de livraison, et les pompistes de Filld feront le reste, contre une poignée de dollars (3 à 5 dollars de frais par plein de carburant). Ils pourront accéder à la localisation de la voiture et ouvrir eux-mêmes la trappe à essence, sans que le conducteur ne soit présent. A l’avenir, on peut imaginer qu’un tiers pourra accéder de la même façon au coffre, pour livrer des produits ou récupérer un costume à nettoyer, par exemple. Les digital valets vont pouvoir s’en donner à coeur joie.

DES SERVICES ET PRODUITS AU DELÀ DE L’AUTO
Bentley a l’intention de compléter sa gamme de services connectés, qu’elle souhaite “sur mesure, pratiques et malins pour faire gagner aux clients ce qu’ils ont de plus précieux : du temps“, selon les mots de Christophe Georges, responsable produits et marketing de la marque.

Sur son SUV Bentayga et sa limousine Mulsanne, des applications pour smartphones et montres connectées permettent déjà de prendre le contrôle du système de divertissement à bord. Au-delà de la technologie, Bentley veut aussi bâtir une “expérience” complète, du lieu de vente physique à la maison de ses clients. Une expérience “lifestyle” collant aux codes de l’industrie du luxe, qui passe par des magasins écrins. Paris a renouvelé son showroom en juin 2016, Londres accueille un luxueux studio de personnalisation à Londres. La firme édite aussi, sous licence, des meubles, des parfums, de la maroquinerie, pour travailler son image au-delà de l’auto. L’émergence de services connectés de nouvelle génération va aussi lui permettre de dépasser son métier originel.

Source : usine-digitale.fr