Carrefour City célèbre la vie de quartier

(Auteur : Stéphane Keulian)
Il y a quelques jours, Carrefour a ouvert à Paris le premier magasin pilote du dernier concept “City“. Carrefour dévoile là un concept qui va au delà du contrat de base associé généralement au format de proximité. Dans ce point de vente, l’approche est résolument innovante et célèbre la vie de quartier. Un positionnement ambitieux et exigeant en matière de service notamment.

Le magasin pilote profite d’un emplacement à fort potentiel. Installé dans un quartier aisé de Paris, à la fois résidentiel et très actif à l’heure du déjeuner grâce aux bureaux installés à proximité, ce nouveau Carrefour City de 400 m2 a tout pour séduire une clientèle exigente à fort pouvoir d’achat.

On sent tout de suite l’effort réalisé pour proposer un grand confort d’achat. Très belle et haute vitrine qui diffuse la lumière naturelle, murs en briques blanches à l’esprit loft urbain, habillage bois des gondoles, éclairage chaleureux, musique non agressive, sol en vinyl qui étouffe les bruits désagréables, superbe régulation du froid rejeté habituellement par les meubles réfrigérés… Bref, la première impression est très agréable et on se sent tout de suite bien dans ce magasin. Bravo.

Deuxième élément marquant, le concept City engage une conversation riche avec ses clients. La signalétique du magasin se veut conviviale et utile. Les messages positifs et chaleureux sont nombreux et visent à incarner la dimension service du magasin.

carrefour-city-celebre-la-vie-de-quartier1

Le service, parlons en. Il est au coeur du concept. Et va bien plus loin que ce à quoi les enseignes de proximité nous avaient habitué jusqu’ici. Bien sûr, on retrouve des fonctionnalités liées à la livraison à domicile par exemple, mais surtout une large variété de nouvelles solutions pour se faciliter la vie et enrichir la vie de quartier. Conciergerie, relais postal, petits travaux à domicile… Carrefour City fait bien les choses. Le concept de magasin de proximité érigé comme point d’ancrage de la vie de quartier retrouve ici une nouvelle jeunesse.  Grâce notamment aux fonctionnalités désormais accessibles d’un clic par la clientèle. En résumé, je pense que Carrefour a imaginé son magasin comme un réseau social physique à l’échelle du quartier, en s’associant à des spécialistes online du service entre particuliers. Un bon moyen pour le distributeur d’éviter de tomber dans l’écueil d’opérer soi-même – et mal – ces services avec les équipes maison. Pour le bien de ses clients, Carrefour a choisi de se concentrer sur son coeur de métier, à savoir le commerce et la tenue du magasin. Sage et pertinent.

En terme d’offre produits, Carrefour City propose de beaux rayons fruits et légumes, vins, produits bio ainsi qu’hygiène beauté. Au final, ce magasin de seulement 400 m2 a de quoi devenir le magasin principal des habitants de la zone. Après tout, ils pourront commander sur le net les articles qu’ils n’auront pas trouvé dans le point de vente.

La ligne de caisse a été conçue pour limiter son emprise au sol. Compte tenu des petits paniers moyens réalisés par la clientèle, Carrefour a préférer multiplier les points d’encaissement. Bien vu. Le service passe aussi beaucoup par la rapidité en caisse.

En conclusion de cette visite, une grande satisfaction domine. Avec ce concept, Carrefour affirme ses ambitions sur le marché des supermarchés urbains de proximité en ré-inventant le modèle qui pré-existait jusqu’alors. Compte tenu des prix pratiqués par l’enseigne, outre Franprix, c’est aussi Monoprix qui pourrait pâtir d’un développement intense de City à Paris et dans quelques grandes métropoles régionales.

Le  seul point de faiblesse du nouveau City pourrait être son image prix. Celle-ci pâtit, et c’est logique, de l’effort qui a été fourni sur le confort. Eternel dilemme que celui que les distributeurs français ont à gérer lors de chaque modernisation de concept. Une variation plus épurée de City pourrait peut être voir le jour pour adresser une clientèle plus populaire dans les quartiers et villes moins favorisés.

Source : stephanekeulian.com