Eataly World démarre sur les chapeaux de roue

(Auteur : Benoit Merlaud)
Cinq semaines après son ouverture mi-novembre, 350.000 visiteurs avaient franchi les portes de “Fico Eataly World”. À la fois centre commercial et musée, entièrement dédié à la gastronomie italienne, le site a généré sur la période 6,4 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Fico Eataly World a été inauguré le 15 novembre en Italie, à Bologne. Le complexe s’étend sur 10 hectares, dont 80.000 mètres carrés couverts, ouverts 7 jours sur 7 de 10 heures à minuit. Une seule entrée, une seule sortie. Entre les deux, l’équivalent d’une galerie marchande où les “cellules” sont occupées par des restaurants, des kiosques, mais aussi des petites unités de fabrication derrière leur façade vitrée, des ateliers pédagogiques, des expositions animées. Et, partout, des rayons tout droit sortis d’un magasin Eataly. À l’extérieur, 20.000 mètres carrés supplémentaires servent à exposer 200 animaux de la ferme (des races italiennes, évidemment), à faire pousser des variétés locales de légumes ou d’arbres fruitiers.

10 000 visiteurs par jour
Entre le 15 novembre et le 20 décembre, Eataly World a donc accueilli en moyenne 10.000 visiteurs par jour. 50 classes d’école ont déjà profité d’un des parcours pédagogiques, 17.000 professionnels sont venus participer à des conférences organisées sur place. En ajoutant le pic des fêtes, Fico (l’acronyme de “fabbrica italiana contadina”, usine italienne paysanne et en même temps le mot italien pour “figue” ou “cool”) a prévu de finir l’année avec 500.000 visiteurs et 8,5 millions d’euros de CA. De quoi tenir sans difficulté l’objectif fixé à 70 millions d’euros en année pleine.

70 M€, c’est certes peu pour un site de 80.000 mètres carrés. Mais le modèle économique du concept, avec ses petites usines installées à même la “galerie”, est difficilement comparable. Les entreprises privées et les consortiums qui paient pour être présents le font autant, voire davantage, pour l’effet vitrine que pour le CA récupéré en fin de journée.”Quand on a présenté le projet à 1000 fournisseurs il y a deux ans, ils étaient loin d’être tous convaincus, se rappelait Oscar Farinetti, le fondateur d’Eataly, en accueillant Linéaires à Bologne. Aujourd’hui, tout le monde veut y être !”

Source : lineaires.com