La Maison du Savon de Marseille, nouvelle enseigne de cosmétiques naturels

(Auteur :  Jennifer Matas)
Structurée depuis peu en réseau, cette enseigne made in Provence mise sur la franchise pour gagner rapidement du terrain en France ainsi qu’à l’international.

Emblématique de la Provence, le savon de Marseille est un produit qui revient au goût du jour depuis plusieurs années pour ses bienfaits et son côté « nature ». Inspiré du savon d’Alep fabriqué en Syrie depuis l’Antiquité, ce savon se constitue en effet principalement d’huiles végétales et résulte d’un savoir-faire artisanal spécifique. Lorsqu’Areski Haddadi, un vendeur officiant sur les marchés du Sud-est de la France, découvre les potentialités de ce produit en visitant une savonnerie, il décide de revendre certains de ces savons auxquels on a ajouté des couleurs atypiques pour varier les plaisirs. Constatant le succès de ces savons, il décide de déposer la marque « La Maison du Savon de Marseille » à l’INPI en 2005. L’aventure débute.

Des marchés aux boutiques
« A ce moment-là, il n’était question que de distribuer ces savons colorés sur les marchés provençaux et non de construire un réseau de boutiques », raconte Christophe Daret, repreneur de la société fin 2011 avec son associé, Christophe Pasiak. « Mais quelqu’un a repéré nos produits et souhaité les revendre dans un point de vente dédié. Un premier magasin a donc ouvert au Cap d’Agde en 2007 », poursuit le dirigeant.

D’autres demandes pour devenir revendeur de la marque ont suivi, si bien qu’en 2011, le réseau de boutiques représente 25 % du chiffre d’affaires de la société, le reste étant encore réalisé par les marchés. Mais l’entreprise gagne de l’importance, commence à se structurer, et sent que l’avenir réside dans la construction d’un réseau de boutiques. « Lorsque nous avons racheté 51 % des parts, nous avons décidé de revoir totalement la stratégie de la Maison du Savon de Marseille », explique Christophe Daret. « A commencer par le “resourcing” : plus question de nous fournir ailleurs qu’auprès de fournisseurs basés en Provence et de qualité afin mettre véritablement l’accent sur le “made in Provence”. Nous avons signé des partenariats exclusifs avec plusieurs d’entre eux pour nous assurer un avantage concurrentiel certain, puis nous avons retravaillé l’image de la marque : refonte du logo, nouvelle charte graphique, etc. » En 2014, lui et son associé rachètent les 49 % du capital restant et décident de prendre une nouvelle voie début 2016 : celle de la franchise.

L’ouverture à la franchise
En 2014, dix nouvelles boutiques La Maison du Savon de Marseille ont ouvert, et six de plus en 2015 : avec une vingtaine de points de vente revendeurs, les dirigeants ont pensé à la franchise pour structurer la marque, modéliser le concept et déployer leur réseau plus rapidement.

« Nous avons travaillé sur un tout nouveau concept store avec des meubles et des zones dédiées à chaque gamme que l’on propose, des savons durs aux gels douche en passant par les parfums ou encore les cosmétiques », commente Christophe Daret. « Chaque année, nous développons de nouveaux produits, ce qui fait que notre catalogue se compose aujourd’hui de 700 références ». De quoi attirer une clientèle non plus seulement touristique comme aux débuts de la marque, mais aussi une clientèle fidèle et de proximité. « 2016 est l’année où nous lançons véritablement la franchise et tablons sur six ouvertures d’ici décembre », explique le dirigeant. Les premiers franchisés ouvriront à Colmar en juillet, puis à Grandville en Normandie. « Ces prochaines années, nous devrions garder le même rythme et inaugurer entre cinq et six nouveaux magasins par an en France, et ainsi atteindre les 50 unités d’ici cinq ans ».

Des ambitions internationales
Surfant sur le « made in Provence », un concept qui séduit à l’international et particulièrement dans les produits de beauté comme en atteste le succès d’Yves Rocher – 4 000 points de vente dans le monde et plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015 – la Maison du Savon de Marseille a rapidement pensé à l’international, qui pèse déjà 30 % du chiffre d’affaires total, qui devrait s’élever fin 2016 à 4 millions d’euros. La marque est notamment distribuée dans des pays comme le Japon et la Pologne via des partenariats avec des distributeurs multi-marques et des master-franchises sont en cours d’ouverture en Espagne, en Italie et en Belgique. Et l’enseigne ne compte pas en rester là, comme l’explique Christophe Daret : « Nous espérons ouvrir davantage de boutiques à l’international et cherchons des master-franchisés en Angleterre et en Allemagne. Nous avons également des projets aux Emirats Arabes Unis ». Les marchés provençaux, eux, ne pèsent plus aujourd’hui que 13 % des recettes.

Source : lesechosdelafranchise.com