Le gros chèque d’un fonds d’investissement va doper la croissance de Grand Frais

(Auteur : B. Merlaud)
Le fonds Ardian va prendre une participation majoritaire au capital de Prosol, la société qui pilote l’enseigne Grand Frais. Le fondateur Denis Dumont devient minoritaire, mais se voit doté de confortables moyens pour développer son concept.

Il y a tout juste un an, en mars 2016, l’entrepreneur accueillait déjà un nouveau partenaire au capital de Prosol, le fonds d’investissement Sagard, mais restait majoritaire au sein de sa société.

À l’époque, le journal Les Échos évoquait une valorisation globale de Prosol aux alentours de 700 millions d’euros. Autant dire qu’Ardian a dû signer un gros chèque pour devenir le nouvel actionnaire majoritaire de Prosol. D’autant plus gros que Denis Dumont, loin de vendre ses parts, continue au contraire de réinvestir en souscrivant lui aussi à l’augmentation de capital.

Deux fois plus rentable que Carrefour
En même temps, Grand Frais est une pépite comme on n’en a rarement vu dans le paysage de la distribution. Linéaires l’avait révélé en publiant des chiffres exclusifs en novembre dernier : la rentabilité de Prosol (marge d’Ebitda) est quasiment deux fois plus élevée que celle de Carrefour, Casino ou Auchan… “Le développement de Grand Frais est exceptionnel et son positionnement unique”, commente-t-on avec gourmandise chez Ardian.

Le modèle économique, lui aussi, est atypique. Les magasins Grand Frais sont des halles de produits frais qui fonctionnent en GIE, chaque univers métier étant aux mains d’un spécialiste. Les fruits et légumes, la crémerie et la poissonnerie sont exploités par Prosol et représentent, selon nos informations, plus de 60% de l’activité des points de vente. Les autres rayons, boucherie et épicerie, sont gérés par des entreprises partenaires.

1,6 milliard d’euros de CA
En 2016, le chiffre d’affaires de Prosol a dépassé le milliard d’euros et celui de Grand Frais devrait tourner autour de 1,6 milliard d’euros. Le parc de magasins (185 sites) croît désormais au rythme de 20 unités par an en moyenne. Avec l’arrivée d’Ardrian, le tempo n’est pas près de faiblir.

“Avoir un partenaire de référence est important pour Prosol et permettra de donner au management et à l’ensemble des salariés des moyens supplémentaires pour poursuivre le fort développement de la société au cours des prochaines années”, confirme Denis Dumont.

Source : lineaires.com