Leclerc, un format d’attaque pour Paris

(Auteur : B. Merlaud)
Seul Leclerc de la capitale, le petit supermarché inauguré fin avril boulevard Macdonald est une machine de guerre. Une vraie zone marché pour doper la fréquence de visite, une vaste parfumerie pour rayonner au plus large et un pôle restauration distinct devraient permettre à ce 1500 mètres carrés de tutoyer les 30 millions d’euros de chiffre d’affaires.

David Thibault, adhérent à Levallois-Perret (So Ouest) et Clichy, donne corps à un vieux fantasme de l’enseigne en ouvrant dans le dix-neuvième arrondissement de la capitale : apporter “les prix Leclerc” aux Parisiens. Ces derniers, en effet, n’ont plus vu de magasin Leclerc en bas de chez eux depuis 1991, date de la séparation du mouvement avec son seul adhérent, à l’époque, présent dans Paris intra-muros.

L’emplacement déniché par David Thibault est un morceau de choix : face à la nouvelle gare tramway/RER Rosa Parks qui voit défiler 60.000 à 80.000 personnes par jour, au pied d’une nouvelle barre d’immeubles flambant neufs et au-dessus d’un parking de 1200 places. Le site est le fruit de la reconversion d’un ancien entrepôt qui s’étendait sur 600 mètres de boulevard.

Il faut dire que l’adhérent a l’habitude des matchs disputés. Il avait dû batailler ferme, déjà, pour convaincre Patrick Balkany, maire de Levallois, de le laisser s’installer à So Ouest en 2012.

Comme promis, le nouveau Leclerc “Paris XIX” reste donc droit dans ses bottes s’agissant des prix. “Rigoureusement les mêmes qu’à Levallois, avance-t-on boulevard Macdonald. Ce qui, compte tenu des loyers de la capitale, représente un sacré challenge sur les volumes pour équilibrer les comptes.”

“Rester lucide sur les prix”
À en croire les équipes sur place, le Leclerc serait ainsi 15% moins cher que le Carrefour du Millénaire, à Aubervilliers (un concurrent immédiat, de l’autre côté du périphérique, à dix ou quinze minutes de marche). L’écart avec les enseignes de proximité du quartier, de fait, serait encore plus important.

“Ce n’est pas parce que nous vivons à Paris qu’il ne faut pas rester lucide sur les prix…”, enfonçait Leclerc dans son tract d’ouverture.

L’assortiment, lui, est exclusivement alimentaire. Il est aussi très dense (20.000 références rien qu’en PGC et frais LS), sacrifiant les facings et imposant des réassorts plus fréquents. Une centaine d’employés sont nécessaires au bon fonctionnement du supermarché. Habitant souvent sur place, ils démarrent leur journée dès 5h30, assurant ainsi une bonne tenue des rayons et une circulation plus fluide dans les allées pour les clients durant les heures d’ouverture. Boulevard Macdonald, le distributeur ne se contente pas de proposer aux Parisiens des prix Leclerc : il ambitionne aussi de leur offrir le choix et le confort d’un petit hyper.

Source : www.lineaires.com