McDonald’s veut miser sur la livraison à domicile

(Auteur :  Les Echos)
L’enseigne américaine a déjà tenté l’expérience ponctuellement mais veut la généraliser pour relancer ses ventes, notamment aux Etats-Unis.

Il se pourrait que McDonald’s franchisse réellement le pas. La chaîne de fast-food américain compte se lancer dans l’aventure de la livraison à domicile pour soutenir et impulser les ventes, particulièrement aux Etats-Unis. C’est ce qu’ont expliqué les directeurs de l’enseigne aux investisseurs à Chicago mercredi. L’entreprise doit en effet trouver de nouvelles façons de rebondir et d’inverser une mauvaise tendance  : en janvier, elle a vu son chiffre d’affaires global se contracter pour le dixième trimestre consécutif. Et ses ventes à restaurants comparables aux Etats-Unis ont décru de 1.3 %.

“La livraison à domicile est un marché à 100 milliards de dollars et ça a explosé”, s’est enthousiasmé Lucy Brady, vice-présidente du groupe qui s’occupe du département Stratégie. “Il y a là une opportunité immense que nous n’avons pas encore saisie”, a-t-elle ajouté. Si la firme a déjà testé la livraison ponctuellement, elle cherche désormais à le faire à grande échelle. “Et ce rapidement”, a poursuivi Lucy Brady.

Paiements mobiles bientôt généralisés dans 20.000 restaurants
C’est surtout en Asie et au Moyen-Orient que la chaîne de fast-food a d’ores et déjà testé la livraison. Une expérience qui a généré près de 1 milliard de dollars en ventes l’année dernière. McDonald’s a notamment travaillé avec Postmates Inc., UberEats et Foodpanda.

Dans les plus grands marchés de la chaîne de restaurants – les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Canada – presque 75 % de la population vit à côté d’un Mcdonald’s. Ce qui peut devenir un sérieux avantage si la livraison à domicile est mise en place, a expliqué Lucy Brady. “Nous sommes plus proches des clients que n’importe quels restaurants dans le monde”, a-t-elle conclu.

Le géant américain souhaite aussi poursuivre sa stratégie de développement digital, grâce aux paiements et commandes mobiles entre autres. Il devrait les mettre en vigueur dans près de 20.000 restaurants avant la fin de l’année.

Source : lesechos.fr