Monoprix, première enseigne de la grande distribution branchée sur Google Home

(Auteur : Valérie Leboucq)
La filiale du groupe Casino se lance dans le commerce conversationnel et supprime la corvée de la liste de courses.

Monoprix a pitié des têtes en l’air qui oublient leurs listes de courses. Désormais c’est l‘assistant vocal Google Home qui se charge de tout noter et de transmettre la commande au magasin qui préparera votre chariot et/ou le livrera à domicile. L’enseigne premium du groupe Casino est la première, catégorie grande distribution (et juste après Sephora), à se lancer dans le commerce « conversationnel ». « Nous voulions arriver à un système aussi simple d’emploi que le post it mais sans risque d’oubli », explique Pierre-Marie Desbazeille, responsable marketing et expérience client de Monoprix.

Comment cela marche ? Il suffit de demander à « discuter avec Monoprix » via Google Home ou encore, plus simple, via son téléphone portable qui comporte une assistance vocale Google. Le client se connecte en entrant son numéro de carte de fidélité contenant tout son historique d’achat en ligne ou dans les magasins physiques. Dès lors, pas besoin de préciser sa marque de beurre ou de yaourts préférés, l’algorithme les connaît. On peut commencer à dicter sa liste par oral sur Google Home ou sur son téléphone et la compléter ensuite sur le site de e-commerce. Tous les parcours sont possibles.

Faire payer la recommandation
Dans un premier temps, Monoprix s’en tiendra aux historiques de ses clients mais dès janvier, l’enseigne proposera aussi, si on le désire, le choix de trois produits de marques différentes ou complémentaires. « Par exemple si vous dites acheter du lait et des oeufs, on peut vous suggérer de prendre de la farine pour faire des crêpes », ajoute Pierre-Marie Desbazeille qui a aussi prévu, dès avril d’ajouter des recettes. L’enseigne sera à même de faire payer aux marques cette fonction de recommandation de produits de la même manière qu’elle monétise les emplacements « tête de gondole ».

Jusqu’à présent seules les marques étrangères étaient présentes sur les assistants vocaux qui, pour la plupart, ne comprennent que l’anglais. A ce jour Google Home est en effet le seul assistant vocal qui parle notre langue. Mais on annonce une version française d‘Alexa (Amazon) pour début 2018.

Source : lesechos.fr