Pour passer du e-commerce au magasin physique, Jours Heureux a misé sur la réalité virtuelle

(Auteur : Antoine Capelle)
Le site de e-commerce Jours Heureux s’apprête à ouvrir son premier magasin. Pour franchir le pas, l’entreprise s’est appuyée sur une solution de simulation numérique permettant de visualiser sa boutique en réalité virtuelle.

Confiseries, pâtisseries, chocolat: depuis 1979, l’épicerie Jours Heureux vend ses produits par correspondance. Début avril 2017, l’entreprise du groupe Damartex ouvrira son premier magasin, à Lille. Mais le passage du e-commerce au magasin physique n’est pas si simple : comment organiser les produits ? Leur packaging est-il adapté ? Pour la directrice, Fabienne Machu, se représenter le magasin physique est difficile.

L’entreprise avait déjà tenté l’expérience d’un pop-up store à Paris. Mais pour transformer l’essai, Jours Heureux a fait appel à Kalista, une filiale du groupe Visiativ spécialisée dans la distribution, et à l’agence de design retail Partisans. “En une dizaine de jours, l’équipe a réalisé une modélisation numérique du magasin, à partir de nos visuels de packagings et de nos statistiques de ventes à distance“, raconte Fabienne Machu. À l’issue de ce travail, la simulation est présentée à Jours Heureux au SILab, à Lille, un centre d’innovation dédié au commerce dispose d’un cave, un système de réalité virtuelle immersif, où les images sont projetées autour des utilisateurs.

DE L’IMMERSION POUR LA PRISE DE DÉCISION
Lunettes 3D sur le nez, l’équipe de Jours Heureux découvre alors sa boutique, peut s’y déplacer et interagir avec les produits. “Nous avons réalisé que certains produits n’étaient pas assez mis en avant, tandis que d’autres avaient une place trop importante“, se souvient la directrice. Ces défauts sont signalés à Kalista, et corrigés. En deux heures, une nouvelle version du magasin est dévoilée. “En une seule après-midi, nous avons changé beaucoup de choses. Cette immersion nous a permis de confirmer nos choix“, témoigne Fabienne Machu. “Sans cela, nous aurions gardé notre première configuration. Cette expérience nous a fait gagner du temps et des compétences.”

LA 3D POUR CONTINUER À INNOVER
La collaboration devrait continuer après l’ouverture du magasin. Car Jours Heureux a pris en compte la saisonnalité des ventes: “Nous avons séquencé notre plan de merchandising jusqu’à l’été“, précise Fabienne Machu. “Nous ferons encore appel à Kalista pour modéliser notre table centrale, qui sera amenée à beaucoup évoluer.” Ce passage par le numérique permet aussi à l’entreprise d’avoir un concept rapide à dupliquer. En effet, Jours Heureux envisage d’ouvrir une dizaine d’enseignes d’ici 2018.

Source : usine-digitale.fr